En raison de son léger handicap mental, Hans Kohler ne peut pas aller à l’école «normale». Dans sa classe qui ne compte que quelques élèves, il a la chance de recevoir une nourriture spirituelle riche de son enseignante, mais cette stimulation ne révèle pas encore ses dons en peinture et en dessin. Il a déjà 23 ans lorsqu’un dimanche pluvieux, sa mère lui donne une feuille de papier en lui disant qu’il devrait faire un dessin pour passer le temps. Hans peint alors sans une hésitation et couvre la feuille d’une mosaïque de formes minuscules, en commençant systématiquement en haut à gauche et en terminant son œuvre dans le coin inférieur droit avec ses initiales. Associant des compositions chromatiques atypiques et des éléments structurés, il créée des tableaux d’une harmonie surprenante. Le chanteur et peintre Arthur Loosli, qui a bien compris le talent singulier de Hans Kohler, le soutient dans son travail. Et depuis des décennies, l'artiste enchaîne désormais les tableaux avec une patience et une méticulosité de peintre miniaturiste.