Niki de Saint Phalle (de son vrai nom Catherine Marie-Agnès Fal) passe son enfance et son adolescence en France et aux États-Unis. Elle commence à peindre à l’âge de 20 ans, dans le cadre d’une thérapie, en autodidacte. En 1960, elle quitte son mari et leurs deux enfants et part vivre à Paris avec Jean Tinguely. Les années suivantes, ses œuvres Tirs font sensation et suscitent l’incompréhension: lors des vernissages, elle tire sur des sachets de peinture fixés à des compositions de blocs de plâtre, faisant ainsi «éclater» la couleur.

À partir de 1963, Niki traite du rôle de la femme à travers ses sculptures: d’abord, ses femmes accouchant, ses mariées, prostituées, sorcières illustrent dans la résignation les possibilités traditionnelles de l’existence féminine. Avec ses Nanas – figures féminines aux formes rondes et opulentes, exubérantes de sensualité et de joie de vivre – elle nous montre quelques années plus tard la femme sûre d’elle, libérée, et la mère comblée et généreuse. Durant les dernières décennies de sa vie, Niki de Saint Phalle se consacrera avant tout à des projets d’envergure, comme son «Jardin des tarots» en Toscane, une œuvre constituée de 22 sculptures monumentales inspirées des cartes du Tarot.

Pour de plus amples informations: www.nikidesaintphalle.org