Lorsqu’il est élève auprès de François Diday et d’Alexandre Calame à Genève, le jeune Robert Zünd se familiarise avec la peinture romantique qui magnifie les paysages alpins. Cependant il se tourne très rapidement vers d'autres motifs. Il est en effet un des premiers en Suisse à s’intéresser à la vie quotidienne dans les campagnes du Plateau suisse autour de Lucerne, et à vouloir représenter l’orée des forêts, les bosquets, les chemins de terre, les vergers, les champs de céréales et les rives des lacs. La plupart du temps, on trouve quelque part sur ses toiles des personnages ou des animaux qui font office de figurants, sauf dans les dernières, où ils ont complètement disparu. Robert Zünd a réalisé toutes ses œuvres dans son atelier, en s’appuyant sur une foule de dessins et d’études à l’huile aux couleurs vives. L’essentiel de ses peintures rendent hommage aux arbres. Robert Zünd n'a produit aucun tableau représentant l’hiver car ce qui le fascine, c’est l’été avec ses sous-bois ensoleillés, ses champs de céréales dorées et ses nuages menaçants avant l’orage.